Edition 2017



Paroles d'un citoyen de 28 ans ...



Bonjour,

Comme la plupart d’entre vous, j’ai appris à l'école que notre régime actuel était une démocratie, donc un régime où le peuple vote pour des représentants qui dirigeront le pays à sa place pendant 5 ans. 

Si on est pas satisfait, on est libre changer de dirigeants aux prochaines élections. Donc pour résumer : la démocratie c’est le vote, le vote c’est la liberté.

J’ai 28 ans aujourd'hui. Je suis sorti de l'école, j’ai grandi, j’ai travaillé, j’ai voté… et pourtant j’ai l’impression que quelque chose cloche… je veux dire... 

A chaque élection, je vote toujours pour le moins pire, en sachant qu’il ne tiendra pas ses promesses électorales... Peu importe le candidat élu : le chômage augmente, les multinationales s’enrichissent pendant que les banques ruinent les nations et les peuples.

Pourtant, malgré leur impuissance et leurs erreurs je vois toujours les mêmes personnes aux commandes du pays. Si un de mes représentant ne fait pas son travail, abuse de ses privilèges ou fraude je n’ai rien à dire, je ne peux même pas en mettre un autre à la place. 

Les personnes qui nous dirigent nous envoient dans le mur et sont hors de contrôle… Ces gens là ne me ressemblent pas et ne me représentent pas !

Je m’appelle Guillaume et j’ai 28 ans aujourd’hui. Je suis un adulte capable de raisonner, de comparer des discours et les faits… et voila ce que je pense :

On donne le pouvoirs à des gens dont les campagnes électorales sont financées par des banquiers et des industriels... C’est pour ça que les hommes politiques n’ont aucun pouvoir sur les puissances économiques et financières : ils en sont les produits. 

Le chômage ça arrange les multinationales car il permet de garder les salaires bas, et entretenir la dette publique enrichit les banques. Aucun président ne trahira ses sponsors et libérera ses concitoyens de la crise. C’est simplement du bon sens.

Le système actuel ne met pas aux pouvoirs les plus compétents ou les plus vertueux, ceux qui ont des solutions aux problèmes… Le système met au pouvoir les plus séducteurs et les plus sponsorisés… c’est fou ! 

On entend souvent cet argument des hommes politiques soutenus par des financiers, or si je ne conteste pas, in fine, ce constat, je crois vraiment qu’il faut le développer. 

En effet, le financement des campagnes est cadré (je passe sur la fraude manifeste de l’ump en 2012). 

Je ne sais comment l’aborder, peut etre en passant par la logique du temps de passage et d’intérêt des medias pour tel ou tel problématique, ou en exposant les comptes de campagne s’ils sont signifiants. 

Bref ! l’argument ici est celui de l’intérêt général opposé à l’intérêt particulier : si les élus oeuvrent pour l’intérêt général, pourquoi cela va dans le sens d’intérêts particuliers puissants (peu nombreux, grande capacité d’agir).

Au lieu de prendre les meilleurs idées des plus intelligents d’entre nous, on s’oppose les uns aux autres depuis plus de 50 ans derrière des gourous carriéristes dont on espère qu’il vont nous sauver… alors que de toute évidence ils en sont incapables ! 

Nous soutenons l’affrontement au lieu de pratiquer la coopération : c’est complètement immature…

Je pense aussi que c’est une énorme erreur de donner le pouvoir a des gens sans jamais les contrôler. Quand on donne du pouvoir a quelqu’un, il faut le surveiller et le contraindre en permanence pour l’empêcher d’abuser de ce pouvoir... 

On sait tous que le pouvoir corrompt et que plus on en a, plus on en veut… On est les premiers a vouloir profiter d’un avantage parce qu’on connait quelqu'un ou parce qu’on a un tuyau. 

On est tous insatisfait de ce qu’on a, et on cherche tous les limites de ce qu’on a le droit de faire… pourquoi nos élus seraient différents ? Les hommes et femmes du gouvernement nous ont habitués a leur faire confiance… c’est de la folie !

Et comme le peuple n´a aucun pouvoir sur ses élus, il ne peux pas les sanctionner ni leur demander des comptes. Si le gouvernement ne tiens pas promesses ou même trahi son pays, personne ne peux rien faire… a part aller crier dans la rue… la bonne blague.

Sauf que si personne ne peux rien dire ou rien faire, c’est que c’est écrit quelque part… Dans les lois... Et à votre avis qui a bien pu écrire que le peuple n’a aucun pouvoir sur ses élus… ? Et bien les élus eux-mêmes ! 

Nos dirigeants écrivent les règles du pouvoir alors qu’ils sont eux même au pouvoir ! Du coup c’est normal qu’ils écrivent leur puissance et notre impuissance ! Ils sont en conflit d’intérêt flagrant, et tout le monde s’en moque… Essayez de gagner un jeu avec quelqu’un qui écrit les règles, bon courage...

Vous commencez a voir le problème hein… le peuple a très peu de pouvoir finalement… en démocratie ? Je pense qu’on s’est trompé de régime politique là… Alors j’ai fait quelques recherches et en effet, on s’est bien trompé de régime… 

On est pas du tout en démocratie mais en oligarchie, le pouvoir de quelques uns… nommés comme en dictature, ou élus comme chez nous. Attention, c’est évidement mieux que la monarchie ou la dictature on est d’accord… mais c’est toujours pas la démocratie.

Mettre 2 bouts de papier dans une urne tout les 5 ans ne fait pas de nous des citoyens soyons honnête... ça fait de nous de simples électeurs… Etre électeur c’est voir le peuple comme un enfant qui aurait besoin de parents pour le guider… et on choisi ses parents avec le vote et l’élection. 

La réalité c’est que voter, ca veut dire renoncer a exercer le pouvoir… et le donner a un maître politique qui va tout décider pour vous sans jamais vous consulter.

Il est temps d’en tirer des conclusions : l’élection est anti-démocratique parce qu’elle confisque le pouvoir aux citoyens pour le donner à une élite hors contrôle, dépendantes des puissances financières et en flagrant conflit d’intérêt avec le bien commun. 

C’est pour ca que nos élites politiques mènent les nations dans des crises économiques, écologiques, financières et sociales... les démonstrations sont quotidiennes, à la télé, dans les journaux…

Vous savez quoi ? J’en ai marre d’être pris pour un handicapé mental incapable de s’assumer politiquement, et obligé de choisir des tuteurs via un système détraqué et obsolète..."

...