Edition 2017



Primaires ...



La dernière représentation du théâtre des primaires
a eu lieu devant plus de quatre millions
de spectateurs qui ont pu applaudir
tous leurs acteurs préférés.
 
 Dans des rôles écrits sur mesure 
par les réalisateurs et les producteurs 
atlantistes de cette farce grotesque.
 
 
 
 
Malgré les rebondissements hilarants
d'un scénario proche des chaises musicales
 
Malgré les savoureuses tirades des comédiens
 . 
Ce spectacle tragi-comique s'est achevé
 avec des applaudissement nourris
 
Et une remarquable recette de billetterie
de nature à encourager les initiatives 
 
 
Un second spectacle est prévu prochainement
il sera sans doute aussi drôle que le premier.
 
Les réalisateurs et les producteurs
seront évidemment les mêmes
que ceux de la précédente pantomime
 
 
 
Reste à savoir si il faut s'en réjouir

Bref
Guignol est toujours aussi burlesque
Gnafron reste immuablement saugrenu
sera au rendez vous en 2017.
 
 

 
 


 


 
 
 




Incapables ...






La France de 2016 est gouvernée
par l'incompétence absolue
de ceux qui osent administrer
la république sans considérer
les volontés du peuple.

 Ce sont des incapables.

Ils imposent par le 49.3
les décisions de Bruxelles
à propos de la loi travail.

 Ce sont des incapables.

Ils propagent la peur
pour ne pas avouer
qu'ils sont incompétents
pour protéger les Français.

 Ce sont des incapables.

Ils font des guerres
pour plaire a leurs maitres
impérialistes d'outre atlantique.

 Ce sont des incapables.

Ils méprisent les citoyens
depuis leur élection 
qui les a rendus intouchables.

Ce sont des incapables.
  
Ils ne seront plus élus
par les Français.


  

Ce sont des incapables.

Usurpateurs ...








Votre morale n'est pas la mienne.
Votre conscience n'est plus la mienne.
Albert Camus



le parti actuellement au pouvoir en France doit absolument changer de nom puisque celui qu'il utilise ne correspond en rien à la réalité de ce qu'il prétend être.

En effet le socialisme recouvre un ensemble de courants de pensées dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste, soit l'exact inverse de ce que propose cet exécutif dédié uniquement au libéralisme économique exigé par les dictats financiers.

Les avancées sociales favorables à la majorité du peuple sont à présent peu à peu supprimées pour que seule une minorité profite des dividendes de ces restrictions drastiques des budgets de l'état et des cotisations imposées aux entreprises ou aux actionnaires.





Les avantages accordés aux financiers et au patronat semblent devenir une règle de gestion pour ces politiciens qui pourtant continuent de se prétendre socialiste malgré les évidentes preuves d'allégeances a un empire pourtant indubitablement en déclin ou la démonstration permanente de l'extrême vassalisation politique de la France aux intérêts atlantistes.

Le gouvernement Français doit donc être honnête si cette notion ne lui est pas définitivement étrangère et prendre un nom qui reflète correctement sa piètre gestion d'un état honteusement  perverti par les nombreux clans mercantiles et idéologiques qui télécommandent son autorité.

Les luttes sociales passées étaient la dignité de ceux qui souvent les ont fait aboutir pour que la population soit davantage protégée de la cupidité et de la dictature, l'actuelle déconstruction de ces avancées majeures est le déshonneur de ceux qui en usurpent l'histoire au nom d'un parti devenu définitivement nuisibles aux intérêts citoyens.  .






Hollande, Valls, Macron, Fabius et les nombreux autres mercenaires si fidèles aux hypocrisies politiques organisées pour mieux servir leurs maîtres capitalistes laisseront dans l'histoire leur noms comme de simples incarnations de la traîtrise du socialisme qu'ils osent s'attribuer.

Le mensonge en politique est à l'évidence courant mais ces tristes individus sont exemplaires de l'indécence portée à son apogée, ils parviennent à faire passer leurs adversaires pourtant ouvertement bourgeois et réactionnaires pour parfaitement intègres puisqu'ils ont eux la décence déclarer leurs intentions sans ambiguïté.

Déchéance, haine, état d'urgence, guerre, insécurité, corruption et autres délices imposés par ces amateurs des minables dictatures Ubuesques ont hélas pris le pas sur le droit du travail et de l'emploi, sur l'éducation et la santé, sur la culture et la diplomatie et c'est sous une étiquette sociale que ces excès sont actuellement commis.







Ils ne sont que de minables 
propagateurs d'opportunismes 
si propices aux résultats électoraux 
conformes aux volontés 
de leurs maîtres libéraux.

















49.3 ...




Putain de dictature





Le 49.3 utilisé 45 fois depuis 1988





L’arme coercitive de l’article 49.3





État d’urgence et répression





Le 49.3 sur Politis





Les politiciens qui gouvernent la France mentent au peuple
avec une insolence qu'il convient de faire cesser.

Ils brandissent la démocratie comme bouclier à leurs incompétences
et à leurs corruptions manifestes alors qu'elle n'existe pas
puisqu'ils ne respectent en rien sa nature ou ce qu'elle suppose.

Contre l'avis d'une immense majorité de citoyens ils imposent des lois
et répriment les contestations qu'elles engendrent
avec l'appui des médias, des forces de l'ordre,
des groupes d'influences et des parlementaires
qui méprisent la volonté populaire.

Ces méthodes autoritaires et aveugles doivent être condamnées
parce qu'elles sont celles des dictatures et qu'elles génèrent
les violences qu'elles dénoncent.

Parce que comme le disait Hélder Câmara,
l'archevêque de Recife

« Il y a trois sortes de violence :

 La première, mère de toutes les autres,
est la violence institutionnelle,
celle qui légalise et perpétue les dominations,
les oppressions et les exploitations,
elle qui écrase et lamine des millions d’hommes
dans ses rouages silencieux et bien huilés.
  
La seconde est la violence révolutionnaire,
qui naît de la volonté d’abolir la première.
 
La troisième est la violence répressive,
qui a pour objet d’étouffer la seconde
en se faisant l’auxiliaire et la complice
de la première violence,
celle qui engendre toutes les autres.

Il n’y a pas de pire hypocrisie
de n’appeler violence que la seconde,
en feignant d’oublier la première,
qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

... 






 

 

Mai ...







Il y a 48 ans s'est déroulée une série d'événements constitués de grèves générales et sauvages ainsi que de manifestations survenue en France entre mai et juin 1968.
 
Ces événements constituent une période et l'une des ruptures marquantes de l'histoire contemporaine française, caractérisés par une vaste révolte spontanée anti autoritaire, de nature à la fois culturelle, sociale et politique, dirigée contre la société traditionnelle, le capitalisme, l'impérialisme et, plus immédiatement, contre le pouvoir gaulliste en place.






Rappel des faits en images










 D'autres vidéos en cliquant ce lien




 Enclenchée par une révolte de la jeunesse étudiante parisienne, puis gagnant le monde ouvrier et pratiquement toutes les catégories de population sur l'ensemble du territoire, elle reste le plus important mouvement social de l'histoire de France du XXe siècle.





La situation politique et sociale en France
devrait rappeler au gouvernement actuel 
qu'un peuple se révolte si il est confronté 
à l'arrogance irresponsable d'un pouvoir
qui engendre des inégalités économiques

 Mais ce gouvernement "socialiste"
qui usurpe son identité de gauche
est aveugle aux revendications
des citoyens et des électeurs

il n'est dévoué qu'aux intérêts 
des groupes néos conservateur
qui dirigent la "république"




Les images des rues en 2016
ne laissent pourtant aucun doute
sur les similitudes des contestations




 Le premier mai a une histoire




...