Edition 2017



Abstention ...





Nombreux sont les politiques qui voudraient confiner les abstentionnistes dans une posture d'irresponsables à l'aide d'arguments qui n'ont aucune autre teneur que leurs hostilités circonstanciées envers ce courant devenu majoritaire durant les différentes élections Française.

Ils fustigent ainsi ceux qui osent défier leur autorité d'élus en refusant obstinément d'être soumis aux règles faites uniquement pour conforter les pouvoirs d'une caste d'intouchables qui abusent des privilèges du mandat qu'ils ne respectent en aucune façon en trahissant les électeurs.

Ils ont même l'insolence de faussement s'interroger sur les raisons qui motivent les abstentionnistes alors qu'ils savent pertinemment pourquoi près de la moitié des électeurs rejettent un système électoral qui ne répond plus aux aspirations citoyennes légitimes, en protégeant des incapables ou des délinquants.

Pourtant les motifs pour expliquer cette volonté de rejet électoral sont nombreux et évidents.




Tout d'abord les effets déplorables des décisions prises par les pouvoirs qui dirigent la France depuis plusieurs décennies sont difficiles, voire impossibles, à approuver car ces choix sont véritablement à l'origine de tous les troubles importants que nous connaissons actuellement.

Que ce soit à propos de l'économie, de la sécurité, du lien social, de l'emploi, de la santé, de l'éducation ou de la gestion du pays en général on ne peut que déplorer une accumulation d'échecs considérables dont il faut attribuer les responsabilités à nos élus qui, par incapacité ou opportunisme, ont sacrifié le bien commun du pays dans son ensemble sur l'autel de leurs seules carrières.

Des élus qui par ailleurs ne risquent rien puisqu'ils sont sous la protection de cette démocratie qui leur donne des pouvoirs sans contraindre à des résultats ou à des devoirs, aucune condamnation ne sanctionne leurs fonctions ou leurs personnes en cas de malversations avérées et ils peuvent même être reconduits voire promus à leurs postes comme si rien ne pouvait leur être reproché.

Les exemples qui prouvent le contraire de ce scandale sont de rares exceptions qui ne suffisent pas pour garantir efficacement l'incorruptibilité indispensable des missions nationales sont confiées lors d'une élection, toutes les récidives accablantes commises par les élus démontrent qu'ils ne sont en aucun cas assez dissuasifs.




Tout se passe comme si les suffrages étaient un passe droit qui dispense de la loi et bien trop de représentants du peuple abusent de cette injustice, il est impératif de soumettre les élus aux lois pour que cesse ces impunités pour qu'ils puissent être condamnés en cas d'infractions et que soit prononcée l'invalidation de leurs élection  assortie d'une suppression de leurs avantages financiers ainsi que d'une interdiction de droits civiques.

C'est en fait une véritable caste de hors la loi qui dirige le pays, la constitution doit changer pour empêcher les erreurs qui ont abouti à ne plus respecter la république pour lui préférer les cartels de toutes natures qui utilisent des politiciens pour conforter des intérêts exclusivement impérialistes qui veulent soumettre la planète entière aux règles d'un marché qu'ils contrôlent.

La moindre des qualité d'un responsable politique devrait être une loyauté indéfectible envers les citoyens qui attendent de lui un comportement vertueux mais ces souhaits ne font pas partie de la réalité judiciaire, comme le démontrent les nombreuses et vaines mise en examen des élus de toutes les tendances.

En mettant fin aux corruptions et aux trahisons des élus le peuple et la république élimineraient beaucoup des tragédies qui mutilent son quotidien et détruisent les valeurs sociales mais il ne semble pas que les électeurs partagent cet avis radical puisqu'ils continuent de d'offrir leurs voix aux politiciens félons.




C'est un véritable drame de voir combien l'aveuglement est profond dans cette population, qui nie l'évidence et continue de voter pour des délinquants, qui rejette une participation aux débats fondamentaux dont elle dépend, qui refuse de s'impliquer ou pire qui collabore aux excès commis par les politiques.

Rien ne changera tant que les citoyens ne prendront pas le pouvoir qui lui a été confisqué au nom d'un système pseudo démocratique qui n'est plus qu'un leurre qui leur fait croire en des chimères et leur évite aussi de devoir responsabiliser leurs actes au sein d'une république qu'ils ont en définitive abandonné.

Finalement c'est l'électeur qui est le réel coupable de cette situation politique désespérante, parce qu'il offre une irresponsabilité à ceux pour qui il vote, parce qu'il accepte l'intolérable en le déplorant entre deux tours, parce qu'il confie son destin à des incapables corruptibles pour ne pas devoir s'en soucier.

Les non suffrages de l'abstention sont largement majoritaires mais cette contestation d'un système électoral inadapté, par le déni des urnes, n'est pas démocratiquement reconnue et cette situation paradoxale ne cessera que la si constitution permet aux électeurs, mécontents des choix qui leur sont imposés, de devenir enfin des citoyens à part entière en les intégrant aux résultats.




Le pourcentage indispensable pour gagner une élection devra lui aussi être repensé constitutionnellement afin qu'il soit plus conforme à la réelle majorité d'un peuple, l'actuel taux appliqué n'est pas suffisant et ne peut plus représenter vraiment le palier acceptable pour créer un consensus avec une opposition légitime.

La démocratie peut devenir démocratique en moralisant les devoirs de ceux qui sont censés la représenter, cela ne se pourra que par un référendum d'initiative populaire qui proposera en tout premier lieu que le vote devienne obligatoire à la condition que les votes blancs soient reconnus comme des suffrages valides.


Alors cessera cette abstention 
si contestée par ceux qu'elle dérange ...






Décret ...



14/11/2015 

Attentats de Paris


L’état d’urgence est décrété




Le président de la République a décrété l’état d’urgence, mettant en œuvre la loi n° 55-385 du 3 avril 1955, plusieurs fois amendée. L’état d’urgence avait été décrété le 8 novembre 2005, lors des émeutes de banlieues, pour 24 départements, et n’avait été levé que le 4 janvier 2006. Il y avait eu des précédents en Algérie en 1955, 1958 et 1961, et en Nouvelle-Calédonie, en 1985. C’est la première fois que l’état d’urgence est décrété sur l’ensemble du territoire national
 
Voici notre nouveau régime intérieur.

Article 1
L'état d'urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain, des départements d'outre-mer, des collectivités d'outre-mer régies par l'article 74 de la Constitution et en Nouvelle-Calédonie, soit en cas de péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public, soit en cas d'événements présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique.

Article 2
L'état d'urgence est déclaré par décret en Conseil des ministres. Ce décret détermine la ou les circonscriptions territoriales à l'intérieur desquelles il entre en vigueur.
Dans la limite de ces circonscriptions, les zones où l'état d'urgence recevra application seront fixées par décret.
La prorogation de l'état d'urgence au-delà de douze jours ne peut être autorisée que par la loi.

Article 3
La loi autorisant la prorogation au-delà de douze jours de l'état d'urgence fixe sa durée définitive.

Article 4
La loi portant prorogation de l'état d'urgence est caduque à l'issue d'un délai de quinze jours francs suivant la date de démission du Gouvernement ou de dissolution de l'Assemblée nationale.

Article 5
La déclaration de l'état d'urgence donne pouvoir au préfet dont le département se trouve en tout ou partie compris dans une circonscription prévue à l'article 2 :
1° D'interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;
2° D'instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;
3° D'interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l'action des pouvoirs publics.

Article 6
Le ministre de l'intérieur dans tous les cas peut prononcer l'assignation à résidence dans une circonscription territoriale ou une localité déterminée de toute personne résidant dans la zone fixée par le décret visé à l'article 2 dont l'activité s'avère dangereuse pour la sécurité et l'ordre publics des circonscriptions territoriales visées audit article.
L'assignation à résidence doit permettre à ceux qui en sont l'objet de résider dans une agglomération ou à proximité immédiate d'une agglomération.
En aucun cas, l'assignation à résidence ne pourra avoir pour effet la création de camps où seraient détenues les personnes visées à l'alinéa précédent.
L'autorité administrative devra prendre toutes dispositions pour assurer la subsistance des personnes astreintes à résidence ainsi que celle de leur famille.

Article 7
Toute personne ayant fait l'objet d'une des mesures prises en application de l'article 5 (3°), ou de l'article 6 peut demander le retrait de cette mesure. Sa demande est soumise à une commission consultative comprenant des délégués du conseil départemental désignés par ce dernier.
La composition, le mode de désignation et les conditions de fonctionnement de la commission seront fixés par un décret en Conseil d'Etat.
Les mêmes personnes peuvent former un recours pour excès de pouvoir contre la décision visée à l'alinéa 1er ci-dessus devant le tribunal administratif compétent. Celui-ci devra statuer dans le mois du recours. En cas d'appel, la décision du Conseil d'Etat devra, intervenir dans les trois mois de l'appel.
Faute par les juridictions ci-dessus d'avoir statué dans les délais fixés par l'alinéa précédent, les mesures prises en application de l'article 5 (3°) ou de l'article 6 cesseront de recevoir exécution.

Article 8
Le ministre de l'intérieur, pour l'ensemble du territoire où est institué l'état d'urgence, et le préfet, dans le département, peuvent ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature dans les zones déterminées par le décret prévu à l'article 2.
Peuvent être également interdites, à titre général ou particulier, les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre.

Article 9
Les autorités désignées à l'article 6 peuvent ordonner la remise des armes de première, quatrième et cinquième catégories définies par le décret du 18 avril 1939.
Les armes de la cinquième catégorie remises en vertu des dispositions qui précèdent donneront lieu à récépissé. Toutes dispositions seront prises pour qu'elles soient rendues à leur propriétaire en l'état où elles étaient lors de leur dépôt.

Article 10
La déclaration de l'état d'urgence s'ajoute aux cas visés à l'article 1er de la loi du 11 juillet 1938 sur l'organisation générale de la nation en temps de guerre pour la mise à exécution de tout ou partie des dispositions de ladite loi en vue de pourvoir aux besoins résultant de circonstances prévues à l'article 1er.

Article 11
Le décret déclarant ou la loi prorogeant l'état d'urgence peuvent, par une disposition expresse :
1° Conférer aux autorités administratives visées à l'article 8 le pouvoir d'ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;
2° Habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections ciné-matographiques et des représentations théâtrales.
Les dispositions du paragraphe 1° du présent article ne sont applicables que dans les zones fixées par le décret prévu à l'article 2 ci-dessus.

Article 12
Lorsque l'état d'urgence est institué, dans tout ou partie d'un département, un décret pris sur le rapport du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre de la défense nationale peut autoriser la juridiction militaire à se saisir de crimes, ainsi que des délits qui leur sont connexes, relevant de la cour d'assises de ce département.

La juridiction de droit commun reste saisie tant que l'autorité militaire ne revendique pas la poursuite et, dans tous les cas, jusqu'à l'ordonnance prévue à l'article 133 du code d'instruction criminelle (1). Si, postérieurement à cette ordonnance, l'autorité militaire compétente pour saisir la juridiction militaire revendique cette poursuite, la procédure se trouve, nonobstant les dispositions de l'article 24, dernier alinéa, du code de justice militaire, portée de plein droit devant la chambre des mises en accusation prévue par l'article 68 du code de la justice militaire, lorsque la chambre de l'instruction saisie n'a pas encore rendu son arrêt, soit devant la juridiction militaire compétente lorsqu'un arrêt de renvoi a été rendu. 

Dans ce dernier cas, les dispositions de l'alinéa ci-après sont applicables, et il n'y a pas lieu pour la Cour de cassation de statuer avant le jugement sur les pourvois qui ont pu être formés contre cet arrêté. Le tribunal militaire est constitué et statue, dans les conditions fixées aux deux derniers alinéas de l'article 10 du code de la justice militaire.

Lorsque le décret prévu à l'alinéa du présent article est intervenu, dans les circonscriptions judiciaires précisées audit décret et pour toutes les procédures déférées à la juridiction militaire, il ne pourra être exercé aucune voie de recours contre les décisions des juridictions d'instruction, y compris l'arrêt de renvoi, à l'exception de l'opposition contre les ordonnances statuant sur une demande de mise en liberté provisoire devant la chambre des mises en accusation, qui statuera dans la quinzaine. Une nouvelle opposition ne pourra être élevée que contre une ordonnance rendue plus de deux mois après une précédente décision de rejet de la chambre des mises en accusation.




Les pourvois en cassation contre les décisions des juridictions d'instruction ne peuvent être formés qu'après jugement statuant au fond et, s'il y a lieu, en même temps que le pourvoi élevé contre celui-ci. Ils sont portés devant un tribunal militaire de cassation établi par décret en se conformant aux articles 126 à 132 du code de justice militaire et statuant dans les conditions de forme et de fond prévues aux articles 133 à 155 dudit code.

Aucune voie de recours, même en cassation, ne pourra également être exercée contre les décisions des juridictions d'instruction de droit commun statuant sur des faits prévus audit décret à l'exclusion de l'appel devant la chambre des mises en accusation.

Article 13
Les infractions aux dispositions des articles 5, 6, 8, 9 et 11 (2°) seront punies d'un emprisonnement de huit jours à deux mois et d'une amende de 11 euros à 3 750 euros ou de l'une de ces deux peines seulement. L'exécution d'office, par l'autorité administrative, des mesures prescrites peut être assurée nonobstant l'existence de ces dispositions pénales.

Article 14
Les mesures prises en application de la présente loi cessent d'avoir effet en même temps que prend fin l'état d'urgence. Toutefois, après la levée de l'état d'urgence les tribunaux militaires continuent de connaître des crimes et délits dont la poursuite leur avait été déférée.


Boycott ...






" La Cour de cassation a confirmé la condamnation par la cour d’appel de Colmar de 14 militants du mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) à 28 000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles et chacun à une amende de 1 000 euros avec sursis. Il leur est reproché d’avoir, le 26 septembre  2009 pour les uns et le 22 mai  2010 pour les autres, participé à une manifestation dans un magasin Carrefour à Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin), «  appelant au boycott des produits en provenance d’Israël  ». Ils portaient des tee-shirts avec le slogan « Palestine vivra, boycott Israël  » et distribuaient des tracts aux clients sur lesquels était écrit   : « Acheter les produits importés d’Israël, c’est légitimer les crimes à Gaza, c’est approuver la politique menée par le gouvernement israélien.  »

Il n’a été relevé aucune dégradation, aucune entrave au fonctionnement du magasin (qui n’a pas porté plainte) ni aucun propos antisémite. Le mouvement BDS déploie sa stratégie dans de nombreux pays (Grande-Bretagne, Etats-Unis, Belgique, Allemagne, etc.) au moyen d’appels aux boycotts commerciaux, universitaires ou culturels pour faire pression sur Israël. "





La justice Française vient d'interdire le boycott des produits en provenance de l'étranger et donc des colonies illégales de l'état israélien, c'est le seul pays européen qui a consenti une instruction aussi radicale envers ce pays, cette subordination prouve indubitablement que des groupes influents peuvent imposer à la France de soutenir les actes contraires au droit international qui sont perpétrés en Palestine.


De tels jugements ont toujours été considérés par le passé comme des forfaitures et le fait qu'ils deviennent possibles actuellement démontre sans équivoque le machiavélisme de l'actuel pouvoir et de ses valets qui interdisent que soit librement contesté un  pays, comme ce fut le cas en Afrique du sud et ailleurs.

Ce soutien inconditionnel est par ailleurs prôné par de très nombreux membres de l'actuel gouvernement Français qui expriment leur attachement éternel au sionisme et à des valeurs résolument contestées par l'ONU.

Notre fidélité démocratique réclame que nous ne contrarions pas ces élus qui collaborent activement en critiquant leurs complaisances avérées envers un état mandataire, grâce à son actuel gouvernement, d'une doctrine ouvertement d'extrême droite.

Le message qui suit est destiné à cet objectif et il ne pourra pas être confondu avec une quelconque volonté de mise en quarantaine des intérêts du sionisme ou de son admirable volonté de construire, sur des terres appartenant aux Palestiniens, un paradis inspiré par dieu lui-même.




Afin de davantage collaborer à  l'occupation permanente de la presque totalité des territoires Palestiniens, achetons le plus possible les produits qui participent à la confiscation de toutes les terres d'un peuple qui se prétend abusivement opprimé par une colonisation qui perdure depuis 1948 sous prétexte que le projet sioniste engendre des usurpations et des dégâts collatéraux mineurs, qu'ils estiment injustes.

Pour aider à soutenir inconditionnellement le gouvernement dépositaire des volontés du sionisme le plus pur et de ses si nobles conséquences, un site courageux a récemment publié une liste complète des articles et des marques qui participent à  maintenir par la force et l'autorité l'appropriation finale et complète d'un pays qui lui appartient comme l'attestent certains textes égarés.

http://alyaexpress-news.com/2015/11/vous-voulez-acheter-des-produits-disrael-en-france-voici-la-liste-des-marques-et-produits/?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+AlyaexpressNews+%28Alyaexpress+News%29

( Espérons que personne n'aura l'audace de se servir de ces précieuses données pour les utiliser à contrario des buts souhaités par ces ardents défenseurs du "made in israel" en France. )

Vous pourrez ainsi servir loyalement la cause morale des guides formidables qui actuellement ne font que continuer avec héroïsme le dessein divin de celui qui offrit à son peuple élu une grande nation dans laquelle tous les descendants de sa tribu pourraient enfin vivre en paix.

Comme le dit si justement la morale populaire, on ne fait jamais de bonnes omelettes sans casser des tas d'oeufs, surtout lorsque ceux-ci ont l'insolence et la grossièreté de s'opposer avec une obstination maladive à l'établissement d'une majestueuse zone de liberté et de bonheur dans un désert auparavant si hostile.

C'est grâce à l'effort financier du plus grand nombre qu'une réponse forte et radicale sera enfin faite aux inhumaines pierres lancées par ces enfants qui depuis trop longtemps blessent les héroïques gardiens de la paix enfin retrouvée de tous ceux qui sont la mémoire vivante d'un génocide dont chacun sait l'horreur.

Offrons ensemble à ces glorieux soldats d'un pays sans frontières  l'indispensable équipement militaire pour répondre avec efficacité aux injustifiables provocations de ces Palestiniens qui osent défier leurs uniformes.

Achetons sans modération aucune des marchandises aux sociétés et aux pays susceptibles de reverser une part importante de leurs bénéfices et contribuer ainsi à faire cesser le terrorisme dont est victime chaque jour la seule réelle démocratie du moyen orient.




Les liens su Internet qui concernent ce conflit qui perdure ne manquent pas, ils sont le reflet de l'actualité et devraient amplement vous informer pour vous ne succombiez pas à un odieux boycott  dorénavant interdit en France par la justice.

 Un blocus commercial et culturel dont les racines ne peuvent évidemment être nourries que par la haine d'une population  persécutée depuis toujours et certainement pas pour participer activement à faire cesser la colonisation et l'occupation de la Palestine qui dure depuis trop longtemps.


CQFD

Régugiés ...









JE VEUX ETRE RACISTE


Ca doit être génial d'être raciste. Franchement, j'aimerais bien l'être. Je rigole pas. Parce que quand t’es raciste, tu sais toujours qui est le coupable et pourquoi se fatiguer à chercher, ce sont toujours les mêmes.

Quand t’es raciste, tu te sens super intelligent car tu trouves des solutions super simples aux problèmes complexes. Yaka couler les bateaux, tous les renvoyer chez eux, interdire l’Islam au nom de la liberté d’expression. Et zou, c’est réglé. O toi le raciste, comme je t’envie tes belles évidences tranquilles alors que je gaspille mon temps à douter de tout.

Quand t'es raciste, tu trouves le moyen d'avoir raison chaque jour. T’es un peu déçu quand c’est un belge-catho-blanc qui a braqué Mémé, mais tu trouves vite une occasion de te consoler.

Quand t'es raciste, t’es un vrai résistant et ceux qui pensent pas comme toi sont soit des Bisounours soit des bobos, soit des collabos, alors que toi, tu es extra fort et puissant. Y a plus qu’à passer à l’action.

Quand t’es raciste, tu es un homme, un vrai, parce que tu sais ce qu’il faut faire mais que les hommes politiques n’ont pas de couilles. Et puis quand t'es raciste, t'es aussi voyant extra lucide car tu connais l'avenir de l’Europe si ON ne fait rien très vite. Alors que moi, j’arrive pas à prédire le temps qu’il fera demain même après avoir lu la météo.

Ce qui est formidable dans la vie d’un raciste, c’est que tu peux être à la fois raciste et victime du racisme. Rien ne t’empêche de faire partie d’une minorité et d’en maudire une autre. Qu’est-ce que ça doit défouler.

Quand t’es raciste, tu connais pas la honte car tu dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Et c’est là qu’on voit que t’es vraiment costaud, parce que moi, je sais pas ce que les autres pensent et j’aimerais bien avoir aussi ce super pouvoir.

Quand t’es raciste, tu dois jamais te poser les questions qui font mal vu que quand quelque chose va de travers, c’est forcément quelqu’un d’autre qui doit changer et pas toi. Ca, ce sont de vraies vacances.

Et puis t’es pas raciste, t’es islamophobe et ça c’est plus fort que fort. Parce qu’une phobie, c’est une névrose caractérisée par une peur irraisonnée et incontrôlable d’un danger inexistant. Je t’envie trop parce que moi, mes désordres mentaux, je fais tout ce que je peux pour pas trop les montrer alors que toi tu réussis à en faire un drapeau.

Quand t'es raciste, la vie est simple parce que tu peux mettre tous les (n'importe quel groupe) dans le même sac sans te sentir affreusement con alors que moi, dès que je fais une simple généralité je me trouve débile.

Aidez-moi les gars, je cherche un groupe ethnique à haïr. Ouvert à toute proposition. Et si toi aussi, tu voudrais devenir raciste mais que tu y arrives pas, partage.
Philippe Dylewski
 
 

 
(  Merci à Philippe Dylewski pour ce texte radical qui  illustre si bien la raison principale des réactions honteuses et pitoyables d'une partie de ces Français, souvent aux origines indistinctes, qui osent juger négativement l'actuelle détermination de ces malheureux réfugiés qui tentent de fuir les terribles conditions de vie globalement engendrées par les conséquences nuisibles de l'interventionnisme occidental qu'ils supportent dans leurs différents pays. )
 

Une France qui n'est en rien innocente de cette tragédie

Polityslexie ...




Les actuels cadres du parti socialiste sont emblématiques d'un très grave trouble qui consiste dans leur cas en une extrême confusion entre leur gauche et leur droite, il est facile de constater que depuis leur élection ce handicap majeur s'aggrave et que nul ne peut dire si il pourra un jour être guéri tellement il est devenu invalidant.

Pourtant pendant toute la campagne électorale qui avait servi à le propulser aux affaires le pitoyable champion désigné par les militants du PS n'avait pas été avare de promesses sociales qui laissaient présager une véritable rupture d'avec la politique droitière de son excité de prédécesseur, ses tirades grandiloquentes qui désignaient la finance comme un ennemi sont encore dans toutes les mémoires de ceux qui ont eu la faiblesse de croire en lui.




De beaux discours qui n'étaient en fait que des mensonges électoraux puisque trois années plus tard il ne reste d'eux qu'une sordide trahison prouvée par une gouvernance libérale avérée qui n'a cessé de détruire peu à peu les acquis sociaux des Français comme le souhaitaient toutes les élites capitalistes qui n'avaient pas pu entreprendre ces réformes réactionnaires à l'époque du gouvernement antérieur pourtant réputé pour son mépris du peuple.

C'est donc un socialiste est parvenu a satisfaire des libéraux au delà de leurs espérances passées et les exemples ne manquent hélas pas pour dénoncer ces manoeuvres mais si il fallait nommer des responsables de ces félonies politiques il serait impossible de ne pas citer après son petit chef, le premier ministre actuel totalement asservi aux sulfureuses chapelles atlantistes de ses maîtres, puisqu'il est parvenu à constituer sans réelle opposition des gouvernements beaucoup plus américains encore que ceux inventés par le pathétique petit personnage d'opérette qui sévissait précédemment comme chef de l'état.








Le président Hollande et son équipe d'imposteurs ont confié les rênes de la nation à des intérêts des financiers et au patronat mieux que personne ne l'avait fait auparavant et cette forfaiture leur permet d'être, en compensation, invités très gracieusement aux différents évènements chics organisés par ces décideurs de l'ultime qui peuvent ainsi mieux les manipuler et se moquer ouvertement de leur ridicule servilité.

Finalement c'est tout un gouvernement composé des bouffons d'une gauche qui ose se prétendre socialiste qui est à présent devenu la risible coqueluche dans les salons parisiens en escroquant leurs électeurs de la mission qui leur avait été confiée pour enfin rétablir socialement le déséquilibre flagrant dont souffre tout le peuple.






Le socialisme Français, par l'intermédiaire son ministre de l'économie, confond sans équivoque ni honte son rôle avec celui de la droite radicale et provoque des effets pires encore que ceux produits par les anciens conservateurs de Matignon et de l'Élysée, seul son très populiste slogan "le changement c'est maintenant" aura été respecté avec quelques modifications mineures puisque cette transformation est en effet constatable dans nôtre actualité et qu'elle est hélas plus que catastrophique.

Quelques fidèles militants croient encore en un miracle qui pourrait faire basculer leur parti vers une gauche enfin plus  sociale, ils imaginent qu'il est possible de réformer de l'intérieur le désastre en cours et que les décideurs de cette stratégie politique vont laisser s'opérer ce virage radical pendant que les autres s'insurgent.






Ils espèrent en une chimère bancale et leurs espoirs seront rapidement contrariés par les futures mesures qui seront promulguées par ce gouvernement devenu politiquement dyslexique pour encore favoriser le libéralisme sauvage en sacrifiant des acquis sociaux qui ne sont pas du tout à l'ordre du jours des impérialismes dominants.

Toute cette mascarade est évidemment et comme d'habitude soutenue par une grande majorité d'élus de toutes obédiences, par la presse aux ordres de ces mêmes mandarins de l'économie, par les pseudos experts ou intellectuels autorisés et par les partis extrémistes qui se réjouissent en cœur d'une déliquescence dont ils espèrent tous tirer profit.




...




Grèce ...






L'attitude bornée de Bruxelles, des banques, des gouvernements et du FMI lors de toutes les tentatives de résolution de la crise Grecque démontre d'une manière claire que ces institutions ne souhaitent en aucun cas modifier les dispositions scélérates exigées par les intérêts financiers qui décident des orientations économiques de toute l'Europe.

Les doctrines libérales atlantistes et l'ensemble des élus qui les soutiennent méprisent et trahissent ouvertement les peuples Européens en privilégiant uniquement les volontés impérialistes d'une minorité influente dont les buts consistent en la domination et l'asservissement de tout un continent pour son seul profit.

En d'autres temps une telle vision hégémonique aurait été qualifiée de totalitaire, avant que les opinions ne soient formatées par une information mensongère aux ordres des puissances économiques ou de pseudos spécialistes exclusivement dévoués à des causes qui sacrifient les populations sur l'autel de la consommation et du marché pour obéir à leurs maitres.
 
Pourtant, un grand nombre de consciences à travers le monde dénoncent ces injustices et s'opposent aux effets qu'elles provoquent mais elles sont délibérément étouffées par les dictats des pouvoirs qui refusent toutes les négociations visant à améliorer le quotidien de plus en plus dramatique d'une majorité de citoyens qui souffrent et perdent tout espoir d'un avenir meilleur.






  
Les comportements vindicatifs des gouvernements asservis sont aussi arbitraires que dangereux et l'on peut hélas se demander à présent si ils ne sont pas en définitive qu'une stratégie perverse dont le but ultime serait de provoquer des situations insurrectionnelles de nature a mettre en place une dictature favorable aux ambitions de contrôles autoritaires des peuples par une élite auto proclamée.

Si ce plan machiavélique parvenait à ses fins, la violence espérée par ces architectes déments d'un futur Orwellien serait un prétexte idéal qui ne doit surtout pas voir le jour, il est essentiel de résister pacifiquement pour éviter  les fatales conséquences provoquée par ces oligarques illégitimes.

Le modèle proposé par le conseil national de la résistance est une voie qu'il faut considérer et transmettre afin de permettre que la justice sociale ne soit jamais éradiquée, Stéphane Hessel a témoigné toute sa vie de l'importance des résolutions voulues par l'union des forces qui s'étaient opposées au nazisme.

Avec d'autres il a démontré toute l'importance d'un combat dissident, il nous appartient maintenant de continuer cette mission révolutionnaire pour que ne triomphe pas une dictature nouvelle, celle du capitalisme sans contrôle.







La Grèce, par sa volonté de refuser les injonctions de cette Europe marchande, mérite tout notre respect et un soutien inconditionnel, ce pays est un précurseur que nous devons suivre et aider car il est à présent un guide précieux pour nôtre avenir.

L'Europe des peuples doit se montrer solidaire de la cause Grecque en niant l'autorité de ces financiers qui osent présider au destin d'un pays en imposant des mesures d'austérité pour le seul profit d'investisseurs avides qui réfutent les élémentaires principes démocratiques des constitutions modernes.

Nous sommes à un tournant de notre histoire, négocions le avec la Grèce, indignons nous et désobéissons ensemble pour construire une Europe qui grâce a ces engagements sera enfin équitable parce que affranchie des ambitions libérales les plus nuisibles, celle aussi des nations indépendantes et souveraines pour qu'existe enfin demain une véritable démocratie.






" Je vous souhaite à tous, à chacun d'entre vous, 
d'avoir votre motif d'indignation. 
C'est précieux. 

Quand quelque chose vous indigne 
comme jai été indigné par le nazisme, 
alors on devient militant, 
fort et engagé. 

On rejoint ce courant de l'histoire 
et le grand courant de l'histoire 
doit se poursuivre grâce a chacun. 

Et ce courant va vers plus de justice, plus de liberté 
mais pas cette liberté incontrôlée 
du renard dans le poulailler.

Ces droits, dont la déclaration universelle 
a rédigé le programme en 1948 sont universels. 
Si vous rencontrez quelqu'un qui n'en bénéficie pas,
 plaignez le, aidez le à les conquérir. "

Stephane Hessel.